La vérité si je mens! 3 Reviews

  • Oct 10, 2012

    A nice story of scams and frienship where you follow a posse of joyful businessmen through their adventure full of luxury and marketing.

    A nice story of scams and frienship where you follow a posse of joyful businessmen through their adventure full of luxury and marketing.

  • Aug 03, 2012

    Je n'ai jamais pris la peine de regarder les deux premiers épisodes, n'ai pas l'intention de m'amender à l'avenir et apparemment, je peux même m'épargner cette peine : "La vérité si je mens! 3" c'est la même chose, les mêmes embrouilles, le même genre de répliques, les mêmes archétypes qui rejouent leur partition sans se prendre la tête parce qu'en fin de compte, c'est tout ce que le public demande. Signe des temps, "l'ennemi" n'est plus simplement la grande distribution et la mondialisation tueuse de petits commerces mais bien les Chinois, qui bossent pour rien et produisent beaucoup. Une poignée de gags un peu mous, de rebondissements redondants et de tackles verbaux entre Juifs du Sentier, "La vérité si je mens!3" ne cherche pas à conquérir de nouveaux publics. Il est vrai qu'il n'en a pas besoin: à l'instar des "Bronzés 3", l'objectif n'est pas d'innover ou de révolutionner la comédie populaire mais bien d'offrir un dernier tour de piste à des personnages bien connus du public, qui ont eu leur heure de gloire il y a déjà un certain nombre d'années. D'où cette impression persistante de comédie qui ne se foule pas, voire même cette impression de rien du tout en particulier pour ceux qui, comme moi, n'ont jamais suivi avec passion les mésaventures de Dov, Patrick & Cie.

    Je n'ai jamais pris la peine de regarder les deux premiers épisodes, n'ai pas l'intention de m'amender à l'avenir et apparemment, je peux même m'épargner cette peine : "La vérité si je mens! 3" c'est la même chose, les mêmes embrouilles, le même genre de répliques, les mêmes archétypes qui rejouent leur partition sans se prendre la tête parce qu'en fin de compte, c'est tout ce que le public demande. Signe des temps, "l'ennemi" n'est plus simplement la grande distribution et la mondialisation tueuse de petits commerces mais bien les Chinois, qui bossent pour rien et produisent beaucoup. Une poignée de gags un peu mous, de rebondissements redondants et de tackles verbaux entre Juifs du Sentier, "La vérité si je mens!3" ne cherche pas à conquérir de nouveaux publics. Il est vrai qu'il n'en a pas besoin: à l'instar des "Bronzés 3", l'objectif n'est pas d'innover ou de révolutionner la comédie populaire mais bien d'offrir un dernier tour de piste à des personnages bien connus du public, qui ont eu leur heure de gloire il y a déjà un certain nombre d'années. D'où cette impression persistante de comédie qui ne se foule pas, voire même cette impression de rien du tout en particulier pour ceux qui, comme moi, n'ont jamais suivi avec passion les mésaventures de Dov, Patrick & Cie.

  • Jul 12, 2012

    Pas mal, mais ça aurait pu être mieux si ça avait à (C)tà (C) des vrais chinois!

    Pas mal, mais ça aurait pu être mieux si ça avait à (C)tà (C) des vrais chinois!

  • Jul 01, 2012

    Dans la lignà (C)e des deux premiers à (C)pisodes. Si vous les avez aimà (C)s, vous allez apprà (C)cier celui-ci à (C)galement. Le cas à (C)chà (C)ant, vous ne devriez pas changer d'avis.

    Dans la lignà (C)e des deux premiers à (C)pisodes. Si vous les avez aimà (C)s, vous allez apprà (C)cier celui-ci à (C)galement. Le cas à (C)chà (C)ant, vous ne devriez pas changer d'avis.

  • Jun 30, 2012

    Troisième volet et probablement le plus décevant... Difficile d'éprouver une forme d'émotion de retrouver réunis les compéres du 1er épisode, de loin le plus original. Tout est surjoué et même dans l'état d'esprit du film, c'est un peu trop, voire trop cliché (les tics de langage, les mimiques gestuelles ou les poncifs sur les magouilles des Chinois ou des Juifs). Il est difficile de trouver les acteurs crédibles, attendrissants, drôles ou captivants. Sans conteste, G. Melki est le plus spontané et naturel et à  L. Drucker pour son regard. Le scénario est "gros" et bien trop bling-bling (comme le générique qui ressemble à  la fusion Casino Royale - Slumdog Millionnaire - Aladdin). Les petits clins d'oeil aux précédents opus, eux, sont cocasses, mais prévisibles. A noter la présence surprise de "guests" comme un certain médecin bien connu de la TV ;). Sans s'ennuyer, difficile de rire aux éclats ou d'être captivé par l'intrigue. Petite mention aux loupés de montage qui laissent transparaître des raccords maladroits (orientation des acteurs, séquences de dialogues...). A voir pour la nostalgie des personnages, l'ambiance "Juifs commerçants du Sentier", mais sans plus.

    Troisième volet et probablement le plus décevant... Difficile d'éprouver une forme d'émotion de retrouver réunis les compéres du 1er épisode, de loin le plus original. Tout est surjoué et même dans l'état d'esprit du film, c'est un peu trop, voire trop cliché (les tics de langage, les mimiques gestuelles ou les poncifs sur les magouilles des Chinois ou des Juifs). Il est difficile de trouver les acteurs crédibles, attendrissants, drôles ou captivants. Sans conteste, G. Melki est le plus spontané et naturel et à  L. Drucker pour son regard. Le scénario est "gros" et bien trop bling-bling (comme le générique qui ressemble à  la fusion Casino Royale - Slumdog Millionnaire - Aladdin). Les petits clins d'oeil aux précédents opus, eux, sont cocasses, mais prévisibles. A noter la présence surprise de "guests" comme un certain médecin bien connu de la TV ;). Sans s'ennuyer, difficile de rire aux éclats ou d'être captivé par l'intrigue. Petite mention aux loupés de montage qui laissent transparaître des raccords maladroits (orientation des acteurs, séquences de dialogues...). A voir pour la nostalgie des personnages, l'ambiance "Juifs commerçants du Sentier", mais sans plus.

  • Jun 04, 2012

    La Và (C)rità (C) Si Je Mens 3 : pas drôle, des ficelles usà (C)es dans les 2 prà (C)cà (C)dents. Comme prà (C)vu, à à (C)viter.

    La Và (C)rità (C) Si Je Mens 3 : pas drôle, des ficelles usà (C)es dans les 2 prà (C)cà (C)dents. Comme prà (C)vu, à à (C)viter.

  • May 02, 2012

    Same team, same jokes, same atmosphere, same clichés. Still works a bit. A no-brainer for rainy days when you just need to disconnect your brain.

    Same team, same jokes, same atmosphere, same clichés. Still works a bit. A no-brainer for rainy days when you just need to disconnect your brain.

  • Mar 30, 2012

    Le moins bon des 3 c est sûr. Néanmoins quelques moments drôles.

    Le moins bon des 3 c est sûr. Néanmoins quelques moments drôles.

  • Mar 18, 2012

    Dans la ligné du 2, un gros moment de fou rire et du coup, rempli bien son contrat :D Pas révolutionnaire mais bien marrant, et c'est ce qu'on attend donc yalllaaa!!!

    Dans la ligné du 2, un gros moment de fou rire et du coup, rempli bien son contrat :D Pas révolutionnaire mais bien marrant, et c'est ce qu'on attend donc yalllaaa!!!

  • Mar 11, 2012

    plus sympa que le 1er mais le filon s'essoufle

    plus sympa que le 1er mais le filon s'essoufle