Omar Killed Me - Movie Reviews - Rotten Tomatoes

Omar Killed Me Reviews

Page 1 of 2
½ April 19, 2015
Investigate truth/ Of corrupt and racist France/ Immigrant made slave.
November 29, 2014
Ok to see one time only
January 5, 2014
Que bien que le den la oportunidad de mostrar su caso. No es por estar siempre de parte del mas debil pero por lo que se muestra esto fue un abuso mezclado con racismo en contra de Omar Raddad. Buena película basada en la historia de un asesinato que, a la final, nunca se resolvió.
January 5, 2014
Que bien que le den la oportunidad de mostrar su caso. No es por estar siempre de parte del mas debil pero por lo que se muestra esto fue un abuso mezclado con racismo en contra de Omar Raddad. Buena película basada en la historia de un asesinato que, a la final, nunca se resolvió.
November 23, 2012
A great film, taking the viewer through so many loops of emotion. A solid cast but Sami Bouajila shines, completely dissolved into Raddad. Add this to your list.
October 26, 2012
A French woman is found murdered. With her blood, she has written "Omar m'a tuer" = "Omar killed me". It's not correct French. It's not the way a French woman would write such a thing, But Omar is the Muslim gardener from Morocco and it suits a racist police force, prosecutioner and court to find him guilty. But a journalist starts to investigate...

This is more than just your common trial drama, because there isn't much drama around. The story isn't what's most important, it's what the story does to those involved. That makes this a more effective cry for justice than any clever lawyer freedom fighter show. Good acting in a French environment we're not used to. The rhetorics are less important than the silences.

Roschdy Zem is the director and he lifts a tired archetype, shakes it and returns it to us. Thanks for that.
½ October 7, 2012
La justice francaise est parfois injuste
October 3, 2012
Thrilling movie about a French legal scandal, based on a true story. Sami Bouajila is brilliant as Omar, who is falsely accused of a murder.
August 1, 2012
Tres tres interressant.
May 16, 2012
Terrible histoire de racisme (ou gigantesque cover-up) de la justice et des policiers français envers un homme d'origine marocaine faussement accusé du meurtre d'une femme pour qui il travaillait en tant que jardinier. Rarement vu un cas aussi évident de non-culpabilité. Faut croire que les juges et les policiers impliqués n'ont retenu qu'une seule chose : le teint basané de l'accusé. Triste. Vraiment triste.
½ March 15, 2012
With the legal injustice of the Paradise Lost trilogy still burning in my mind, Omar Killed Me presents another case of prejudice and self-interest corrupting the judicial system. This time the location is the south of France and the victim is a Moroccan immigrant wrongfully accused of murdering his wealthy boss. It's a well crafted drama from actor Roschdy Zem in his second stint in the director's chair. Well acted and with an eye for detail, its an absorbing account which just fails to soar when it really needs to.
December 7, 2011
L'affaire avait secoué la France au début des années 90: une femme riche et cultivée est sauvagement assassinée et utilise ses dernières forces pour désigner son supposé assassin, le jardinier marocain, avec une grosse faute d'orthographe au passage: "Omar m'a tuer". Condamné puis gracié cinq ans plus tard, Omar Raddad n'a jamais cessé de clamer son innocence, et le film de Roschdy Zem prend aujourd'hui le relais. Précise, sobre et documentée, cette retranscription rend fidèlement compte des nombreuses zones d'ombre qui émaillèrent la procédure judiciaire et du racisme délétère qui se manifesta fréquemment tout au long de l'enquête, sans pour autant se tromper de sujet et virer à la dénonciation maladroite d'une forme de xénophobie institutionnalisée. Ce qu'on peut surtout reprocher à "Omar m'a tuer", c'est encore une fois de manquer d'envergure au sens strictement cinématographique du terme : stylistiquement, on est plus proche d'un épisode de Julie Lescaut que des grands films juridiques hollywoodiens.
½ December 4, 2011
On pouvait en attendre mieux.
½ November 13, 2011
Instructif, poignant et tres bien jouà (C). On va reparler de ce film au moment des Cà (C)sars.
September 17, 2011
Un film magnifique, très à (C)mouvant. De parti pris bien sûr mais convaincant.
½ August 5, 2011
Film de prà (C)toire de facture classique qui aurait fait une excellente première partie aux "Dossiers de l'à (C)cran" d'antan et qui appartient à cette catà (C)gorie de cinà (C)ma militant qui vise sans doute moins l'impact cinà (C)matographique que le secret espoir d'aboutir à une rà (C)vision judiciaire. Excellent Sami Bouajila.
July 26, 2011
Pour sa deuxième rà (C)alisation, Roschdy Zem frappe fort en s'attaquant à l'affaire Omar Raddad qui a fait couler beaucoup d'encre dans les annà (C)es 90. Avec beaucoup d'authenticità (C) et de sobrià (C)tà (C), Sami Bouajila incarne ce jardinier marocain accusà (C) du meurtre de sa patronne, Ghislaine Marchal, en 1991. Entre zones d'obscurità (C) dans le dossier, demandes d'analyse ADN toujours rejetà (C)es à l'heure actuelle, meurtre potentiellement antidatà (C), impossibilità (C) de rà (C)aliser une autopsie et incomprà (C)hension du suspect qui ne parlait pas français lors de son arrestation, "Omar m'a tuer" prend le parti d'Omar Raddad sans trop verser dans le plaidoyer. Adaptà (C) du roman d'Omar Raddad, "Pourquoi moi ?", ce film de Roschdy Zem est servi par des acteurs de talent, Sami Bouajila en tête, et rà (C)vèle l'importance d'une affaire qui a brisà (C) un homme. Parmi ses soutiens, son avocat, Maà (R)tre Vergès, mais aussi un à (C)crivain, Pierre-Emmanuel Vaugrenard, dont on suit en quelque sorte la contre-enquête au long du film. Simplement mais brillamment rà (C)alisà (C), "Omar m'a tuer", qui fait rà (C)fà (C)rence bien sûr à l'inscription en lettres de sang trouvà (C)e sur les lieux du crime et qui voulait accuser clairement Oma Raddad donne le sentiment qu'une erreur judiciaire doit être rà (C)parà (C)e. Là où le film rà (C)ussit à (C)galement c'est qu'il manie brillamment une à (C)motion distillà (C)e tout au long du film et Sami Bouajila est très touchant. Pour l'histoire, grâcià (C) en 1996 par Jacques Chirac et libà (C)rà (C) deux ans plus tard, Omar Raddad a passà (C) 7 ans en prison (sur les dix-huit annà (C)es de rà (C)clusion prà (C)vues) et demanderait toujours aujourd'hui des expertises ADN comme le laisse entendre l'à (C)pilogue du film.
July 25, 2011
Une histoire vraie d'un homme innocent, brisà (C) par l'erreur de la justice. trè à (C)mouvant et très bien interprà (C)tà (C) par Sami Bouajila.
July 11, 2011
A voir à tout prix!
July 4, 2011
Been waiting for that for sooo long. Hope it won't be disappointing.
Page 1 of 2