Le moine (The Monk) - Movie Reviews - Rotten Tomatoes

Le moine (The Monk) Reviews

Page 2 of 4
½ April 6, 2013
Vincent Cassel is always great
April 2, 2013
Gloomy and ominous but very entertaining and interesting.
April 2, 2013
Gloomy and ominous but very entertaining and interesting.
½ March 23, 2013
So great wonderful everything...
March 17, 2013
Slow. Vincent Cassel is awesome.
March 12, 2013
fccccccccccccccccccccccccccc
½ March 12, 2013
Beautiful to watch -- like Django--two parts -- first splendid, but then...
March 10, 2013
Played way too straight. And no bleeding nun!
March 10, 2013
it's 2011 movie, not 2013. please correct
March 6, 2013
is this movie in princh?
March 2, 2013
I think this movie is worth seeing, i'm on.
February 27, 2013
Not scary.
Not as dark as the subject matter perhaps requires.
Cassel brilliant as usual though.
ScoopOnline
Super Reviewer
February 26, 2013
Can someone please tell me what this Movie actually was all about? Honestly I really didnt catch a thing. Was it a drama? A Horror? A Moral thing? Oh well I didnt bother to go on watching after 30 minutes.
December 8, 2012
Pas mal mais bof quand même.
October 22, 2012
Josephine japy je t aime!!!
October 17, 2012
Mnogu jak film! A jas sum prv tuka na Flixster sto go ocenuva wow jupiiiiii ;)
October 11, 2012
Capucin Ambrosio a été déposé à sa naissance devant les portes d'un monastère et y a toujours vécu. Etant devenu le frère Ambrosio, il est d'une ferveur absolue et est reconnu dans toute l'Espagne pour ses sermons. Il se sent protégé par sa grande vertu et son extrême rigueur de toute tentation que le diable pourrait faire surgir sur son chemin. Mais l'arrivée du novice Valerio et le secret que celui-ci cache va faire se manifester des démons jamais encore expérimentés par Ambrosio.
Dominik Moll reprend le roman éponyme écrit au 18e siècle et déjà adapté à l'écran en 1972, un des premiers livres gothiques de l'époque. Son but est de dénoncer l'absurdité et l'hypocrisie de certains principes du clergé. L'adaptation est interpretée notamment par Vincent Cassel (remarquable dans ce contre-emploi calme et taiseux), Joséphine Jappy (une Antonia fragile mais déterminée) et Catherine Mouchet (la mère d'Antonia, sublime dans ce rôle de femme se battant pour le bonheur de sa fille et désabusée par sa propre vie). Si les plans utilisés sont originals (surexposition, scènes oniriques, intérieurs sombres et lourds), le récit manque de rythme et d'un soupçon plus de fantastique qui aurait pu bien le servir. Il en résulte que le sort d'Ambrosio ne nous intéresse pas plus que cela au final.
*****SPOILER*****
Le dénonciation principale des pratiques catholiques porte sur le célibat et l'abstinence des prêtres. On nous montre que la nature humaine refait surface même sous plusieurs couches de foi. Ici tout est traité à l'extrême car Ambrosio succombe à la tentation par le viol, l'inceste et le meurtre. Les scènes que j'ai moins aimées : l'apparition du fantôme de la nonne (morte de faim par punition de l'abbesse - encore un exemple de l'hypocrisie religieuse) qui ne semble pas beaucoup surprendre Ambrosio, et celles avec Valerio. Je n'ai pas trop compris son implication. Est-ce un démon ? Pourquoi l'empoisonnement apparemment volontaire pour le soigner ensuite et profiter de lui ? Trop gothique pour moi on dirait.
October 8, 2012
Ought to have more power coursing through it and more spiritual gravity, like Sous le Soleil du Satan.
September 8, 2012
Li críticas negativas, segundo as quais o diretor não teria conseguido "dar substância às forças invisíveis que dominam as personagens". Mas o mais interessante deste novo filme de Dominik Moll à (C) que tudo fica mais ou menos em aberto: as tais "forças invisíveis", seriam elas sobrenaturais, como tudo leva a crer, ou teriam elas origem em algo simplesmente humano? De qualquer forma, a presença do mal à (C) inegável, embora não seja bem em Satanás que penso quando escrevo isso. Ok, sem spoilers... :)
Page 2 of 4